La Fête du goémon à Esquibien est l'une de celles qui balisent l'été avec le plus de charme. Charme né de la rencontre entre un lieu et une tradition authentique, qui renaît le temps d'une journée grâce aux efforts du comité d'animation aidé de quelques anciens qui ont pratiqué le métier de goémonier dans leur jeunesse.

Il ne faudrait pas croire que Michel Péron et Prosper Pichon, qui ont plus de 80 ans, se contentent de donner quelques conseils en s'appuyant sur leur canne. L'allumage et l'entretien du feu dans le four à goémon, ils en font leur affaire : ce sont eux qui savent. Dans leur jeunesse, cette activité était l'une ce celles qui permettait à la plupart des habitants des villages côtiers de gagner leur vie.

Un savoir-faire partagé

Il y a maintenant douze ans, les anciens font voulu revivre leur savoir -faire et le partager. Le succès de cette fête à l'atmosphère authentique ne s'est jusqu'à présent jamais démenti. Le cadre est superbe : on y accède à pied par le chemin côtier à partir du sémaphore de Lervily ou par un chemin creux à partir du village du Créac'h. Des fours à goémon dont le granit est devenu rose et noir sous l'effet de décennies de braises incandescentes, des mâts de levage reconstitués à l'identique, calés par des pierres levées. Au dessous, la grève de galets du Lennac'h léchée par les vagues, où les goémoniers vont faire comme autrefois leur récolte de goémon d'épave dans des paniers d'osier. En face, l'immensité de la baie d'Audierne.

Le programme

Le four à goémon sera allumé dès le matin. Les algues y brûleront toute la journée et on y obtiendra en fin de journée un pain de soude comme ceux que les gens de la côte vendaient aux usines d'Audierne. Les diverses phases de cette activité seront présentées : levage du goémon à l'aide de chevaux de trait par le moyen d'un système de treuil particulier dit «téléphérique», alimentation du feu en algues sèches transportées sur des «civières», pifonage du brasier pour une combustion régulière... Autres animations sur le site : travail de l'osier, confection de casiers de pêche, matelotage, exposition de vieux outils, promenades en char à banc, produits à base d'algues. Musiques et danses pimenteront la fête : à partir de 14 h, défilé des goémoniers, bagad de Pouldergat, Bugale Ar Brug de Beuzec, chants de marins avec le groupe «Les vareuses à dreuz» et le groupe «A virer».

Restauration midi et soir (pommes de terre au lard, sardines grillées), crêpes. Entrée libre.


© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/ar/viewarticle1024.php?aaaammjj=20050722&article=10388276&type=ar#1REBB1PBpuo6lQwM.99