Autrefois, la récolte du goémon était l'une des ressources des familles du littoral dans le Cap Sizun.

Autrefois, la récolte du goémon était l'une des ressources des familles du littoral dans le Cap Sizun. Quelques-uns des habitants du village du Créac'h à Esquibien ont gardé leur savoir-faire d'autrefois, que le comité d'animation fait revivre chaque année, le temps d'une fête. Remontée du goémon d'épave à l'aide de paniers, hissés par un système de câble particulier, qui fait appel aux chevaux de trait. Les algues récoltées depuis plusieurs mois et séchées, sont brûlées dans d'authentiques fours, remis en état par des bénévoles. Il faut toute une journée de brûlage pour obtenir un pain de soude. Ce tableau pittoresque sera mis en scène dimanche sur le site habituel, la falaise qui surplombe la grève du Lennarc'h. Une restauration est proposée à midi et le soir : pommes de terre au lard, moules, sardines grillées, crêpes. A 14 h, aura lieu le défilé, avec la participation des goémoniers, de Bugale Ar Brug de Beuzec, du bagad de Pouldergat; l'animation musicale sera également assurée par le groupe de chants de marins Ar Men Du.

L'entrée est gratuite.


© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/ar/viewarticle1024.php?aaaammjj=20040722&article=8386462&type=ar#3eDkbPoS1mmEG4RS.99

Comme dans beaucoup de communes, à Esquibien, le 14 juillet se célèbre non pas au son de l'accordéon (à moins qu'il ne soit diatonique) mais de la bombarde, et le fest-noz a remplacé le bal musette.

Comme dans beaucoup de communes, à Esquibien, le 14 juillet se célèbre non pas au son de l'accordéon (à moins qu'il ne soit diatonique) mais de la bombarde, et le fest-noz a remplacé le bal musette. La ronde, c'est bien plus convivial. Les danseurs ont été nombreux à évoluer sur le grand espace ouvert de l'esplanade, aux accents enlevés des Kantrerien, de joyeux compères rompus à tous les pas, du plinn à la polka.

Une touche de magie supplémentaire

En première partie, la voix de Louise Ebrel dans des chants traditionnels a charmé les amateurs de musique celtique. La bruine n'a nullement dissuadé Capistes et vacanciers qui ont envahi en foule le site pour un repas rustique. Heureusement, le comité d'animation avait prévu grand et ajouté à ses propres tables celles du comité de Primelin. Le feu d'artifice, cadeau de la commune, a été très apprécié : la brume lui a même ajouté une touche de magie supplémentaire. Pas de répit pour les bénévoles : sitôt les stands du 14 juillet démontés, ils doivent se plonger dans les préparatifs de la fête du goémon, programmée le dimanche 25 juillet.


© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/ar/viewarticle1024.php?aaaammjj=20040717&article=8362965&type=ar#GiocHe6qA7Apm5Pe.99

image: http://www.letelegramme.fr/ar/imgproxy.php/images/2004/06/02/200406028117921_low.jpg?article=20040602-8117921&aaaammjj=20040602

Les enfants se sont transformés très volontiers en commerçants d'un jour.
Les enfants se sont transformés très volontiers en commerçants d'un jour.

Le vide-grenier du comité d'animation n'en est qu'à sa deuxième édition et, déjà, il a ses habitués, professionnels ou particuliers qui y voient une bonne occasion de débarrasser un peu la maison.

Le vide-grenier du comité d'animation n'en est qu'à sa deuxième édition et, déjà, il a ses habitués, professionnels ou particuliers qui y voient une bonne occasion de débarrasser un peu la maison. Il y a aussi le plaisir de jouer au marchand pour quelques heures, apprécié par tous les enfants mais aussi par certains adultes. C'est, de toute façon, un très bon moyen de faire des rencontres et de discuter... et pas seulement d'antiquités.

Il y a tant de choses à voir...

Quant aux badauds, qu'ils se laissent tenter ou non, ils aiment aller de stand en stand au gré de leur curiosité. Il y a tant de choses à voir : de petits meubles rustiques ou rétro, de la vaisselle de tout style, du linge brodé ou ajouré, des tableaux d'amateurs... On peut fouiller parmi les livres ou les cartes postales, les vêtements d'occasion, les jouets; dégoter un bibelot original. Les collectionneurs, eux, savent ce qu'ils cherchent. Les philatélistes sont allés droit au stand tenu par l'un des leurs, un amateur d'Esquibien, Emile Lemonnier. Très demandés, les timbres des pays qui n'existent plus. Par exemple, Dubaï, Barhein, Fujairah. L'association Culture et Patrimoine tenait boutique : elle a vendu quelques exemplaires de son dernier ouvrage, «Balades de découverte en bord de mer». A côté, la bibliothèque bradait. Bien sûr, cette sympathique animation qui change le centre du bourg en bazar le temps d'un dimanche avait son pôle de convivialité : les stands de crêpes et de rafraîchissement tenus par les bénévoles du comité sur la place «du bas».


© Le Télégrammehttp://www.letelegramme.fr/ar/viewarticle1024.php?aaaammjj=20040602&article=8117921&type=ar#WKRpruQGzcwQvHgV.99